Etudes économiques
Autriche

Autriche

Population 8,9 millions
PIB par habitant 53 332 $US
A3
Evaluation des risques pays
A1
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2020 2021 2022 (e) 2023 (p)
Croissance PIB (%) -6,6 4,7 5,0 0,7
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,4 2,7 8,6 7,8
Solde public / PIB (%) -8,0 -5,9 -3,5 -2,8
Solde courant / PIB (%) 3,0 0,4 0,7 0,7
Dette publique / PIB (%) 82,9 82,3 79,0 75,9

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Niveau de vie élevé (PIB par habitant relativement élevé par rapport aux pays voisins)
  • Diversification industrielle et tertiaire, forte valeur ajoutée
  • 31% de la consommation d'énergie (y compris les importations) provient de sources renouvelables (2021), la principale source est l'énergie hydraulique, la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité est de 78%.
  • Destination touristique majeure (8e rang mondial en 2020, le tourisme représentait 7,5 % du PIB autrichien avant la pandémie).
  • Dépenses publiques élevées en matière de R&D (3,2% du PIB en 2021)

POINTS FAIBLES

  • Très dépendante de l'économie allemande et, dans une moindre mesure, de l'économie de l'Europe centrale et orientale.
  • Le secteur bancaire est exposé aux pays d'Europe centrale et orientale et des Balkans.
  • Non membre de l'OTAN, aucune demande d'adhésion n'est officiellement prévue

Appréciation du risque

La baisse de la croissance économique est amortie par le tourisme étranger

Les effets de l'invasion russe en Ukraine pèsent encore sur les perspectives économiques pour 2023. Alors que l'Autriche n'avait que des relations commerciales générales très limitées avec la Russie et n'est donc que faiblement touchée directement par les sanctions de l'UE contre la Russie et le Belarus, la Russie représentait encore en 2021 80% des importations de gaz naturel de l'Autriche. Avec 22,7 %, le gaz naturel était la deuxième source d'énergie la plus importante dans la consommation énergétique de l'Autriche (après le pétrole avec 34,5 %, la Russie ne jouant ici, avec moins de 8 %, qu'un rôle mineur dans les importations autrichiennes de pétrole). Bien que la Russie continue de livrer du gaz naturel à l'Autriche, le pays est devenu moins dépendant de la Russie et a réduit la part de la Russie dans les importations de gaz naturel à 47%. En outre, le comportement de consommation a changé et davantage de gaz a été réservé en Norvège, en Afrique du Nord et en Asie centrale. Un arrêt non planifié de toutes les livraisons de gaz de la Russie reste cependant l'épée de Damoclès sur les perspectives économiques. L'économie autrichienne devrait avoir commencé par une légère baisse au début de l'année et ne devrait se redresser que légèrement au cours de l'année 2023. Le principal moteur de cette situation est l'inflation élevée actuelle, qui ont atteint un pic d'environ 11 % en janvier 2023. Il s'agissait également du niveau d'inflation le plus élevé de l'histoire de l'Autriche moderne (depuis le début de la série chronologique en 1958). Au cours de l'année 2023, le taux d'inflation devrait diminuer quelque peu, mais ce serait moins le résultat d'une baisse des prix que d'une augmentation plus lente des prix mensuels qu'il y a un an. Cette pression continue sur les prix pèsera toujours sur le pouvoir d'achat des ménages privés ainsi que des entreprises, et réduira la consommation privée ainsi que l'investissement. Étant donné qu'à la fin de l'année 2022, plusieurs syndicats ont obtenu des augmentations salariales de 6 à 8 % en glissement annuel pour 2023, la perte de pouvoir d'achat n'a été que partiellement contenue. Ils ont maintenu la pression inflationniste plus longtemps. En effet, la position de négociation des salariés est très favorable, étant donné que le taux de chômage est resté relativement bas. La génération des baby-boomers partant lentement à la retraite, la nouvelle main-d'œuvre est trop peu nombreuse pour occuper tous les emplois, ce qui augmente le pouvoir de marché des employés qui peuvent exiger des salaires plus élevés. Un autre aspect qui ralentit l'économie est le secteur manufacturier, fortement intégré à celui de l'Allemagne et qui souffre donc (dès 2022) de la baisse de la demande du grand voisin. Comme le secteur manufacturier allemand sera probablement encore freiné par les prix très élevés des matières premières et les problèmes de chaîne d'approvisionnement, le secteur manufacturier autrichien réduira également ses capacités et investira moins cette année. Les échanges de marchandises devraient également être très modestes étant donné que les principales destinations d'exportation que sont l'Allemagne, l'Italie, la Suisse et la Pologne connaîtront toutes une stagnation ou une croissance limitée en 2023. Le principal facteur positif pour la croissance du PIB en 2023 est le tourisme. Entre 2019 et 2021, le nombre de touristes a diminué de moitié. La raison n'en était pas de mauvaises saisons estivales, au contraire. Avec de nombreuses restrictions de voyage appliquées dans d'autres pays , l'Autriche était encore plus sollicitée que d'habitude par les touristes allemands. Cependant, la saison de ski n'a pas eu lieu. En hiver 2022/23, les taux de réservation ont grimpé en flèche, car, même en ces temps de cherté, les touristes ont encore suffisamment d'économies. Toutefois, le temps doux et l'absence de neige dans certaines régions pourraient décourager certains des réservataires de dernière minute. L'impulsion donnée par le tourisme, ainsi qu'un certain soutien de l'État sous la forme d'un plafonnement du prix de l'électricité, de transferts aux groupes vulnérables et des investissements en cours liés aux fonds européens de la prochaine génération (0,9 % du PIB entre 2021 et 2026) amortiront la baisse de la croissance économique. Cependant, la BCE a déjà augmenté son principal taux de refinancement de 250 points de base à 2,5 % en 2022, de 100 points de base à 3,5 % au printemps 2023 et devrait augmenter le taux directeur à 4,0 % en 2023 dans le but de stabiliser les attentes en matière d'inflation. En outre, à partir du mois de mars, la BCE réduira lentement son bilan de 15 milliards d'euros par mois. Toutefois, ce montant pourrait augmenter à partir de juin, ce qui devrait peser sur l'investissement privé, en particulier dans le secteur de la construction.

 

Déficit budgétaire en baisse et excédent de la balance courante stable

En 2023, l'excédent de la balance courante devrait rester robuste grâce au secteur du tourisme qui compensera les pertes provenant du déficit des échanges de biens, en raison d'une augmentation de la valeur des importations plus forte que celle des exportations. Par ailleurs, la balance des revenus primaires devrait rester déficitaire en raison des pertes attendues des investisseurs autrichiens à l'étranger.

Les nouvelles mesures de soutien de l'État pour lutter contre la crise des prix de l'énergie sont moins importantes que les mesures de soutien en cas de pandémie, qui étaient encore en vigueur au premier semestre 2022. Par conséquent, les dépenses publiques devraient être moins importantes en 2023, bien que les recettes fiscales devraient rester stables, voire diminuer, en raison de l'adaptation des tranches d'imposition sur le revenu à l'évolution de l'inflation. Au total, le déficit public devrait se réduire ainsi que la dette publique.

 

Une paire inégale s'en sort tant bien que mal

Depuis décembre 2021, Karl Nehammer, du Parti populaire autrichien (ÖVP) de centre-droit, est le chancelier de la République alpine et dirige une coalition composée de l'ÖVP (71 sièges sur 183 au Parlement) et des Verts (26 sièges). M. Nehammer succède à Alexander Schallenberg (ÖVP), qui a quitté le poste qu'il occupait depuis seulement deux mois, après que le chancelier et chef de l'ÖVP, Sebastian Kurz, eut annoncé sa démission totale de la politique autrichienne. Kurz a quitté son poste en raison d'un scandale de corruption et Schallenberg, l'ancien ministre des affaires étrangères, a été nommé chancelier au pied levé. Mais le soutien de l'opinion publique au gouvernement a continué de chuter, si bien que Schallenberg a démissionné (et est redevenu ministre des affaires étrangères) pour montrer au public une rupture complète avec l'époque de Kurz. Néanmoins, l'ÖVP a perdu de plus en plus de sa popularité, d'autant plus que la population est très mécontente de la performance du gouvernement dans la lutte contre la crise des prix de l'énergie. En outre, la coopération entre l'ÖVP et les Verts reste problématique, car il existe d'énormes désaccords sur les questions d'environnement et de migration. Néanmoins, on s'attend à ce que la coalition reste en place jusqu'en 2024, car les sondages montrent qu'il est très incertain que l'ÖVP ou les Verts fassent partie d'une future coalition. Au lieu de cela, le parti populiste de droite FPÖ (28 % des intentions de vote) et le parti social-démocrate SPÖ (23 % au printemps 2023) occupent actuellement les premières places. Si, par le passé, le SPÖ a toujours refusé une coopération avec le FPÖ, cela ne peut plus être totalement exclu.

 

Dernière mise à jour : Avril 2023

Paiement

Les transferts SWIFT et SEPA (au sein de l’UE) sont largement utilisés pour les transactions nationales et internationales. Ils constituent un moyen de paiement économique, rapide et sécurisé.Les lettres de change et, dans une moindre mesure, les chèques sont plus couramment utilisés comme garantie de financement ou de paiement. Néanmoins, les deux méthodes ne sont ni souvent utilisées ni recommandées, car elles ne constituent pas toujours les moyens de paiement les plus efficaces. Les lettres de change doivent satisfaire un certain nombre de critères plutôt stricts pour être valables, ce qui dissuade les entreprises de les utiliser. En parallèle, les chèques n’ont pas besoin d’être provisionnés à la date d’émission, mais doivent l’être à la date d’encaissement. Généralement, les banques retournent les chèques sans provision à leurs émetteurs qui peuvent également interrompre le paiement de leur propre chef, sans crainte de poursuites pénales pour utilisation abusive de ce moyen de paiement.

Recouvrement des créances

En règle générale, la procédure de recouvrement commence par l’envoi au débiteur d’une demande de paiement par lettre recommandée, rappelant l’obligation de payer le montant en souffrance, majoré des éventuels intérêts de retard stipulés dans le contrat ou les conditions de vente.Depuis le 1er août 2002, le taux d’intérêt applicable semestriellement est, en l’absence de clause particulière dans l’accord, le taux de base de la Banque d’Autriche, calculé par rapport au taux de refinancement de la Banque centrale européenne, majoré de huit points de pourcentage.

 

Procédure accélérée

Pour les créances avérées, liquides et non contestées, les créanciers peuvent demander une injonction judiciaire accélérée (Mahnverfahren) au tribunal de district via un formulaire pré-imprimé. Le tribunal de district compétent pour ce type de procédure accélérée est compétent pour les créances ordinaires dans la limite de 75 000 EUR (auparavant, 30 000 EUR).Dans le cadre de cette procédure, le juge prononce une injonction de payer le montant réclamé plus les frais judiciaires engagés. Si le débiteur ne fait pas appel de l’injonction (Einspruch) dans les quatre semaines suivant la notification de la décision, l’ordonnance est exécutoire relativement rapidement.Pour les lettres de change impayées, il existe une procédure spéciale (Wechselmandatsverfahren) en vertu de laquelle le tribunal émet une assignation obligeant le débiteur à régler son impayé dans un délai de deux semaines. Toutefois, si le débiteur conteste la créance, l’affaire est alors jugée par les voies habituelles de la procédure judiciaire.Si le débiteur détient des actifs dans d’autres pays de l’UE, le créancier peut demander au tribunal de commerce de Vienne d’émettre un ordre de paiement européen pour les dettes non contestées, exécutoire dans tous les pays de l’Union (à l’exception du Danemark).

 

Procédure ordinaire

Lorsqu’il n’est pas possible de parvenir à un règlement, ou lorsqu’une demande est contestée, la dernière option consiste à intenter une action ordinaire en justice (Klage) devant le tribunal de district (Bezirksgericht) ou de région (Landesgericht) en fonction du montant de la demande ou du type de litige. Le défendeur a quatre semaines pour présenter ses arguments.En ce qui concerne les tribunaux de région, le défendeur est censé présenter ses arguments en réponse à la citation à comparaître, et dispose pour cela de quatre semaines.Il existe un tribunal de commerce distinct (Handelsgericht) dans le seul district de Vienne. Celui-ci se charge des affaires commerciales (litiges commerciaux, concurrence déloyale, procédures d’insolvabilité, etc.).Au cours de la phase préliminaire de la procédure, les parties doivent présenter des éléments de preuve par écrit et déposer leurs prétentions respectives. Le tribunal statue ensuite sur le fond de l’affaire qui lui est soumise, mais n’enquête pas de sa propre initiative. Lors de l’audience principale, le juge examine les preuves écrites présentées et écoute les arguments des parties ainsi que les témoignages des témoins. En première instance, une injonction de payer peut généralement être obtenue dans un délai d’environ dix à douze mois. Le code de procédure civile prévoit que la partie gagnante a le droit de voir ses frais de justice intégralement indemnisés par la partie déboutée.

Exécution d’une décision de justice

Une décision est exécutoire dès lors qu’elle est définitive. Si le débiteur ne se conforme pas à sa décision, le tribunal peut prononcer une ordonnance de saisie ou une saisie-arrêt. Il peut aussi faire saisir et vendre les actifs du débiteur.En ce qui concerne les sentences étrangères, les circonstances peuvent varier en fonction du pays émetteur. Pour les jugements émis par des pays de l’UE, les deux méthodes principales d’exécution sont les titres exécutoires européens ou l’application des provisions de la réglementation Bruxelles I. Pour les pays n’appartenant pas à l’UE, les jugements sont reconnus et exécutés sous réserve que le pays émetteur soit signataire d’un accord international avec l’Autriche.

Procédure d’insolvabilité

Procédures extrajudiciaires

Les négociations portant sur des tentatives de restructuration extrajudiciaire sont généralement entreprises avant d’entamer une procédure d’insolvabilité. Elles constituent un moyen d’obtenir des prêts de recapitalisation en échange d’un statut de créancier garanti.

 

restructuration

 

Toute procédure de restructuration nécessite au préalable que le débiteur fasse la demande d’ouverture de cette procédure et qu’il soumette en même temps un plan de restructuration. Cette procédure peut être auto-administrée ou administrée par une personne tierce. Pour procéder à une restructuration auto-administrée, le débiteur doit soumettre une demande d’auto-administration assortie des documents requis, ainsi qu’un plan de restructuration qui fournisse un quota minimum de 30 %.

 

liquidation

L’objectif de la procédure de liquidation est de respecter équitablement les droits des différents créanciers. La procédure est dirigée par un syndic de faillite qui prend contrôle de la société, vend ses actifs et répartit la somme collectée entre les créanciers.

 

Réserve de propriété

 

De la même manière qu’en Allemagne, la réserve de propriété est une clause écrite dans le contrat, au titre de laquelle le fournisseur conserve la propriété des biens livrés jusqu’à paiement intégral du prix par l’acheteur. Cela prend habituellement l’une des trois formes suivantes :

  • réserve simple : le fournisseur conserve la propriété des biens livrés jusqu’à paiement intégral du prix par l’acheteur ;
  • réserve élargie : la réserve est élargie à la vente ultérieure des biens concernés ; l’acheteur transfère au fournisseur initial les réclamations issues de la revente à une tierce partie ;
  • réserve étendue : la réserve est étendue aux biens transformés en un nouveau produit et le fournisseur initial reste propriétaire ou copropriétaire à hauteur de la valeur de sa livraison.
Haut de page
  • English
  • Français
  • Deutsch