Etudes économiques
Bahrein

Bahrein

Population 1,5 millions
PIB par habitant 26 136 $US
D
Evaluation des risques pays
A4
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2020 2021 2022 2023 (e) 2024 (p)
Croissance PIB (%) -4,6 2,7 4,2 2,8 3,5
Inflation (moyenne annuelle, %) -2,3 -0,6 3,6 1,0 2,0
Solde public / PIB (%) -16,3 -11,6 -5,6 -7,0 -5,0
Solde courant / PIB (%) -9,4 6,6 9,1 4,5 6,0
Dette publique / PIB (%) 128,5 126,3 117,6 125,0 125,0

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Un secteur bancaire solide, un hub financier développé
  • Une économie plus diversifiée que celle de ses voisins du CCG
  • Importantes exportations d'aluminium, faisant de Bahreïn le huitième exportateur mondial
  • Processus d'élaboration des politiques facilité, garanti une fois de plus après les élections de novembre 2022 ; les autorités ne sont pas mises au défi
  • La chaussée vers l'Arabie saoudite soutient les flux touristiques
  • Soutien des autres pays du Golfe et revenus tirés des hydrocarbures

POINTS FAIBLES

  • Prix du pétrole élevés pour équilibrer les comptes budgétaire et externe
  • Niveau élevé de la dette publique
  • Dépendance fiscale et à l'exportation des ventes de pétrole et d'aluminium, exposition à la volatilité des prix des matières premières
  • Un paysage politique instable
  • Dépendance à l'égard des travailleurs étrangers

Appréciation du risque

La croissance se stabilisera en 2024

La croissance économique de Bahreïn en 2024 devrait conserver la fermeté de 2023, principalement en raison de la hausse des prix de l'énergie, de l'assouplissement de la politique monétaire en raison de l'arrimage au dollar (la Fed américaine devrait entamer un cycle de réduction des taux au second semestre), et d'une croissance plus forte des exportations (les exportations nettes sont estimées à environ 10 % du PIB en 2023). Dans le cadre d'une croissance économique mondiale toujours modérée, la fermeté des prix moyens de l'acier et de l'aluminium soutiendra l'expansion économique nationale, Bahreïn étant l'un des plus grands producteurs et exportateurs mondiaux de ces produits, qui représentent environ 20 % des exportations totales. En outre, une croissance économique plus forte sur les principaux marchés d'exportation de Bahreïn, tels que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU), soutiendra également la contribution des exportations nettes de biens et de services à la performance de la croissance. La consommation privée restera le principal moteur de la croissance - elle représente environ 40 % du PIB - grâce à la baisse de l'inflation. En outre, Bahreïn continuera d'attirer des investissements directs étrangers importants (en 2022, ils ont augmenté de près de 6 % par rapport à l'année précédente pour atteindre 34,5 milliards USD), grâce aux efforts déployés par les autorités pour améliorer l'environnement des entreprises dans le cadre du programme Vision 2030, qui vise à réduire la dépendance à l'égard du pétrole et du gaz. Les 7,5 milliards d'USD fournis par le Fonds de développement du CCG dans le cadre de la ligne de crédit 2018-2024 de 10,2 milliards d'USD ont été le principal moteur des investissements à grande échelle. Toutefois, la contribution de la consommation publique diminuera progressivement, conformément au programme d'équilibre budgétaire et à l'engagement du gouvernement de mettre en œuvre des mesures de réduction des dépenses en échange de l'aide financière de ses voisins du Golfe.

L'augmentation de l'excédent de la balance courante et l'assainissement des finances publiques ont été favorisés par la hausse des prix de l'énergie

En 2024, l'augmentation des prix des hydrocarbures entraînera une hausse de l'excédent de la balance courante (près de la moitié des recettes d'exportation de marchandises proviennent des hydrocarbures). Cependant, le volume de production restera stable par rapport à 2023 en raison du respect par Bahreïn des réductions de l'OPEP+ qui ont été prolongées jusqu'à la fin de 2024. L'augmentation des recettes liées aux exportations d'aluminium et d'acier sera également un facteur clé de l'élargissement de l'excédent commercial des biens. Les envois de fonds des travailleurs émigrés continueront à creuser le déficit des revenus secondaires, car les travailleurs étrangers continueront à revenir à Bahreïn. Les exportations de services, principalement sous la forme d'un tourisme résilient, contribueront également à l'excédent de la balance courante, qui restera supérieur à son niveau historique.
Les prix actuels du pétrole sur le marché spot sont également bien en deçà du prix d'équilibre budgétaire pour Bahreïn, estimé à 126 USD le baril. Cette situation continuera à peser sur l'équilibre budgétaire (les recettes des hydrocarbures représentent près de 70 % des recettes budgétaires totales) et a incité à introduire des réformes visant à accroître les recettes, telles que l'impôt sur les sociétés. En mai 2023, les autorités économiques ont annoncé la mise en place d'un impôt sur les sociétés dès qu'un accord international sera trouvé sur le cadre OCDE-G20. D'après un premier rapport, l'impôt devrait s'élever à 15 % pour les grandes entreprises multinationales. En ce qui concerne les dépenses, les efforts des autorités pour réduire davantage les dépenses courantes et les dépenses en capital dans le cadre du programme d'équilibre budgétaire contribueront à la réduction du déficit, mais cela ne suffira pas à alléger le fardeau de la dette. Il reste nécessaire de créer des emplois dans le secteur public pour les nationaux et de mettre en œuvre le plan de relance économique. En outre, les transferts, qui représentent environ 20 % des dépenses totales et contribuent à maintenir la stabilité sociale, sont mal ciblés. Par conséquent, la position budgétaire de Bahreïn restera fébrile.

 

Pas d'instabilité politique et sociale majeure, mais des menaces à long terme persistent

Le parlement de Bahreïn fonctionne et aucune tension politique majeure n'est attendue à court terme. La famille sunnite Al Khalifa règne depuis 1783. Hamad bin Isa bin Salman est roi depuis février 2002. La scène politique semble compliquée à long terme, en raison du sentiment de marginalisation politique et économique de la population chiite, qui représente environ 60 % de la population. En outre, la dépendance économique croissante à l'égard de l'Arabie saoudite, la séparation inefficace des pouvoirs et les libertés civiles limitées constitueront des défis. La normalisation des relations diplomatiques avec Israël en 2020 continuera d'améliorer leurs liens commerciaux grâce à la signature prévue d'un accord de libre-échange. Le récent rapprochement entre l'Arabie saoudite et l'Iran pourrait inciter Bahreïn à suivre cet exemple, même si le Bahreïn accuse l'Iran de soutenir des éléments subversifs au sein de sa population chiite. Pour l'instant, les deux pays font profil bas. Enfin, Bahreïn accueille la cinquième flotte américaine.

 

Dernière mise à jour : Novembre 2023

Haut de page
  • English
  • Français
  • Deutsch