Actualités et publications
07/03/2022
Publications économiques

Conflit Russie-Ukraine : Stagflation en vue

Les conséquences économiques du conflit entre la Russie et l’Ukraine - Stagflation en vue. Image d'un mur en briques avec les couleurs du drapeau ukrainien.

L'escalade du conflit en Ukraine et l'invasion de cette dernière par l'armée russe le 24 février ont déclenché des turbulences sur les marchés financiers et accru considérablement l'incertitude quant à la reprise de l'économie mondiale deux ans après le début de la pandémie de COVID-19.

 

 

 

La Russie étant le troisième producteur mondial de pétrole, le deuxième producteur mondial de gaz naturel et l'un des cinq premiers producteurs mondiaux d'acier, de nickel et d'aluminium, toute réduction significative de l'approvisionnement en énergie et des expéditions de métaux risque fort d'entraîner une flambée des prix mondiaux de ces matières premières. C'est pourquoi, le jour où l'invasion a commencé, les marchés financiers du monde entier ont fortement chuté et les prix du pétrole, du gaz naturel, des métaux et des produits alimentaires de base (en particulier les céréales) ont bondi. Alors que les prix élevés des produits de base étaient l'un des risques que nous avions déjà identifiés comme pouvant perturber la reprise, l'escalade du conflit entre la Russie et l'Ukraine augmente la probabilité que les prix des produits de base restent élevés pendant beaucoup plus longtemps. À son tour, elle intensifie la menace d'une inflation élevée et durable, pas seulement pour les besoins de base, augmentant ainsi le risque de troubles sociaux dans les économies avancées et émergentes. Les industries telles que l'automobile, les transports, la chimie et, plus généralement, tous les secteurs utilisant les matières premières susmentionnées comme intrants apparaissent comme particulièrement vulnérables.
 
Par ailleurs, compte tenu de l'ampleur des sanctions annoncées par les pays occidentaux et leurs alliés, l'économie russe sera en grande difficulté et retombera en (profonde) récession en 2022, ce qui nous amène à dégrader l'évaluation du risque du pays de B à D. En raison de sa dépendance au pétrole et surtout au gaz naturel russes, l'Europe apparaît comme la région la plus exposée aux conséquences de ce conflit. Si le remplacement de la totalité de l'approvisionnement de l'Europe en gaz naturel russe (~40 % de la consommation européenne totale) est pratiquement impossible à court ou moyen terme, les niveaux de prix actuels, s'ils sont maintenus jusqu'à la fin de l'année, auront déjà un effet significatif sur l'inflation. Nous estimons à au moins 1,5 point de pourcentage d'inflation supplémentaire en 2022 par rapport à nos prévisions précédentes dans la zone euro, ce qui aura pour effet d'éroder la consommation des ménages et de réduire la croissance du PIB. Si certains pays, comme l'Allemagne et l'Italie, sont plus dépendants du gaz naturel russe, l'interdépendance commerciale des pays de la zone euro suggère un ralentissement général (1 point de pourcentage après prise en compte des impacts sur le commerce extérieur et les investissements des entreprises). Une interruption complète de l'approvisionnement en gaz naturel russe porterait le coût à 4 points de pourcentage au moins - ce qui ramènerait la croissance annuelle du PIB à zéro en 2022.
 
Dans le reste du monde, si les conséquences économiques se feront surtout sentir par la hausse des prix des produits de base, qui alimentera les pressions inflationnistes déjà existantes dans la plupart des régions du globe avant le conflit, la baisse de la demande européenne entravera le commerce mondial. Comme toujours lorsque les prix des produits de base s'envolent, les importateurs nets d'énergie et de produits alimentaires seront particulièrement touchés, et plus encore dans un contexte de prix incertains et volatils, avec le spectre d'importantes ruptures d'approvisionnement en cas d'escalade encore plus grande du conflit, et les nouvelles sanctions et représailles que chaque pays pourrait prendre. En bref, le monde a changé, les risques aussi.

 

Cette étude est uniquement disponible en anglais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger la publication : Conflit Russie-Ukraine : Stagflation en vue (3,45 MB)

Contact


Heiner LANG

Media Contact
Hofwisenstrasse 50 B
8153 Rümlang ZH
SWITZERLAND
Mail: heiner.lang@coface.com

A voir aussi


Evaluations du risque pays complètes:

 

Russie

 

Biélorussie

 

Ukraine

Haut de page
  • English
  • Français
  • Deutsch