Actualités et publications
01/06/2022
Risque pays et études économiques

Des défaillances d’entreprises en hausse en Europe centrale et de l’est

Des défaillances d’entreprises en hausse en Europe centrale et de l’est
  • Les défaillances d'entreprises en Europe centrale et en Europe de l’est ont augmenté en 2021, retrouvant presque les niveaux pré-pandémiques pour la plupart des pays après une baisse des procédures en 2020.
  • Sept pays ont connu une hausse du nombre de faillites (Bulgarie, République tchèque, Hongrie, Lituanie, Pologne, Roumanie et Slovaquie), et cinq pays ont vu une diminution (Croatie, Estonie, Lettonie, Serbie et Slovénie).
  • En raison du retrait progressif des mesures de soutien mises en place pendant la pandémie et des conséquences de la guerre en Ukraine, les défaillances devraient être plus nombreuses dans la région au cours des prochains trimestres.

Les conditions économiques variées, les différentes mesures de soutien économiques, et des différences de traitements juridiques ont largement influé sur les tendances de défaillances d’entreprises en Europe centrale et de l’Est ces deux dernières années. La pandémie liée à la COVID-19 a entrainé un net ralentissement économique avec une chute de 4 % de la croissance du PIB dans la région. Mais grâce aux mesures massives de soutien aux ménages et aux entreprises mises en place par les gouvernements, les défaillances ont vu leur nombre diminuer dans la région." En 2021, la région a connu une croissance dynamique (5,5%), mais cet élan devrait se dissiper cette année avec un taux de croissance estimé de 3,2%", a déclaré Grzegorz Sielewicz, économiste de Coface pour l'Europe centrale et l’Europe de l’Est. "L’ensemble des pays de la région risque de souffrir des conséquences directes et indirectes de la guerre en Ukraine. Les pays baltes devraient notamment enregistrer les taux de croissance les plus faibles en raison de leurs liens commerciaux avec la Russie."

 

La fin des mesures de soutien et un environnement toujours difficile provoquent une hausse des faillites 

Après une baisse des faillites d'entreprises dans la région en 2020, les procédures d'insolvabilité ont augmenté en 2021, retrouvant presque leurs niveaux pré-pandémie. Cette hausse était attendue, en raison de la volonté des gouvernements de réduire progressivement l'ampleur des mesures de soutien à l’économie. La moyenne pondérée par le PIB des défaillances au niveau régional, calculée à partir des dynamiques de défaillances des pays, indiquait une augmentation de 34,7 % en 2021 par rapport à l'année précédente (+1,5 % si l'on exclut la Pologne où le nombre total de procédures a grimpé en flèche principalement en raison de changements juridiques).
Sept pays ont vu une hausse du nombre de procédures de faillites par rapport à l'année précédente (Bulgarie, République tchèque, Hongrie, Lituanie, Pologne, Roumanie et Slovaquie), et cinq pays ont enregistré une baisse (Croatie, Estonie, Lettonie, Serbie et Slovénie). La Pologne a connu un quasi-doublement du nombre de procédures, en grande partie en raison d'un afflux de procédures spécifiques mises en œuvre pour soutenir les entreprises souffrant de difficultés de liquidité dues à la pandémie. Malgré cette augmentation, le taux d'insolvabilité en Pologne, c'est-à-dire le nombre de procédures parmi le total d'entreprises actives, a atteint 0,06%, ce qui signifie que seulement 6 entreprises sur 10 000 en Pologne ont utilisé les procédures « classiques ».
Des taux d'insolvabilité beaucoup plus élevés ont été enregistrés dans les pays où l'utilisation des procédures d'insolvabilité est plus populaire, à savoir +1,61% en Croatie et +3,31% en Serbie.

Ces deux dernières années, la situation économique mondiale a constitué un environnement difficile pour les entreprises d’Europe centrale et de l’est. La reprise économique qui a débuté mi-2020 a été plus rapide que prévue et a déclenché une flambée de la demande, notamment pour le secteur manufacturier. Les prix de l’énergie, des transports et de nombreux métaux et intrants utilisés dans les processus de production ont grimpé en flèche. Dans certains cas, des pénuries ont limité les niveaux de production. L'exemple le plus connu est celui des semi-conducteurs, dont les pénuries ont entraîné une diminution de certaines productions et la fermeture temporaire d’usines de plusieurs constructeurs automobiles. L'augmentation des coûts de l'énergie et des carburants dans un contexte de hausse des prix des intrants a réduit la rentabilité des entreprises. Ces phénomènes mondiaux ont impacté les entreprises de la région d’Europe centrale et de l’est car celle-ci étaient intégrées dans les chaînes d'approvisionnement mondiales. Par ailleurs, cette région a des liens commerciaux importants avec l'Europe de l’Ouest également affectée.  

D'une crise à l'autre

Même si la pandémie liée au COVID est toujours en cours, un autre défi impacte désormais les économies et entreprises. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a rapidement contribué à la flambée des prix de l'énergie, l'Europe restant dépendante des importations de pétrole, de gaz naturel et de charbon en provenance de Russie. En outre, les 2 pays sont d'importants producteurs et exportateurs de produits agricoles de base. La production agroalimentaire est soumise aux prix des engrais, qui ont augmenté, et l’Europe centrale et de l’est est dépendante d’engrais importés de Russie et de Biélorussie. En outre, la hausse des prix des métaux et les pénuries de métaux dues à la guerre ont aggravé les perturbations des chaînes d'approvisionnement. Enfin, la baisse du pouvoir d'achat des ménages va toucher la base de clients potentiels des entreprises. L’économie de la région a donc connu une accélération de l'inflation, principalement due à l'augmentation des prix de l'énergie, mais aussi à la hausse des prix des denrées alimentaires.

La Russie reste une débouché commercial importante pour les pays d’Europe centrale et de l’est en particulier pour les pays baltes. Les exportations & importations avec la Russie représentaient 15,1 % du PIB de la Lituanie en 2021. En outre, l'invasion russe de l'Ukraine a déclenché une importante crise humanitaire qui aura des répercussions économiques. Alors que l’ensemble des pays de la région devraient enregistrer en 2022 des taux de croissance plus faibles que ceux estimés avant la guerre, l'afflux de réfugiés ukrainiens pourrait soutenir la croissance régionale, au moins à court terme.

"Compte tenu de ces défis, nous anticipons que la hausse des défaillances d'entreprises se poursuive au cours des prochains trimestres", explique Jarosław Jaworski, directeur général de Coface en Europe centrale et de l’est. "Les conséquences de la guerre entre la Russie et l'Ukraine vont accélérer cette hausse, d'autant plus qu'il est peu probable que de nouveaux programmes de soutien à grande échelle en faveur des entreprises locales soient mis en œuvre, comme ce fut le cas lors des confinements liés au coronavirus."

Retrouvez ici l’intégralité de l’étude Coface (en ENG uniquement) : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le communiqué : Des défaillances d’entreprises en hausse en Europe centrale et de l... (362,85 kB)

Contact


Julie SOUM

Media Contact
Hofwisenstrasse 50 B
8153 Rümlang ZH
SWITZERLAND
Mail: julie.soum@coface.com

Haut de page
  • English
  • Français
  • Deutsch